probleme apprentissage enfant

La précocité liée à des troubles physiologiques et psychologiques

L'intelligence élevée est présentée comme étant prédictive des résultats positifs, y compris la réussite scolaire et le niveau de revenu. Cependant, on sait peu de choses sur les difficultés rencontrées par cette population. Plus précisément, ceux qui ont une forte capacité intellectuelle (hyper-cerveau) possèdent des surexcitabilités dans divers domaines qui peuvent les prédisposer à certains troubles psychologiques ainsi qu'à des états physiologiques impliquant des réponses immunitaires et inflammatoires sensorielles élevées et altérées. La présente étude a examiné les membres d'American Mensa, Ltd. (n = 3715) afin d'explorer les processus psychoneuroimmunologiques (PNI) parmi ceux au niveau ou au-dessus du 98ème percentile de l'intelligence. Le trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH), le trouble du spectre autistique (TSA) et les maladies physiologiques qui incluent les allergies environnementales et alimentaires, l'asthme et les maladies auto-immunes. Une forte signification statistique et un ratio de risque relatif remarquablement élevé de diagnostics pour toutes les conditions examinées ont été confirmés parmi les données du groupe Mensa 2015 par rapport aux statistiques moyennes nationales. Cela implique un QI élevé comme étant un facteur de risque potentiel pour les troubles affectifs, le TDAH, les TSA et l'incidence accrue de maladies liées à la dérégulation immunitaire. Les résultats préliminaires soutiennent fortement une association hyper-cerveau / hyper-corps qui peut avoir des implications individuelles et sociétales importantes et justifie une investigation plus poussée pour mieux identifier et desservir cette population à risque.

Références :

High intelligence: A risk factor for psychological and physiological overexcitabilities, Ruth I.KarpinskiaAudrey M.Kinase KolbabNicole A.TetreaultcThomas B.Borowskid, Intelligence, Available online 8 October 2017